Retour à l'accueil
Accueilevalli.fr

La technique du cracking ?

Author avatar
JF Rousset
23/02/2022 · 4 min de lecture

Le cracking dans l'agro-alimentaire consiste à décomposer les matières premières agricoles; les industriels obtiennent ainsi par exemple de l'amidon à partir de la pomme de terre, du sirop de glucose-fructose à partir du maïs. Le blé est lui fractionné en 13 éléments (dont gluten et sirop de glucose) servant dans divers processus industriels. Selon le Dr Anthony Fardet spécialiste en nutrition de l’INRAE (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement), l’industrie agro-alimentaire joue aux apprentis sorciers. Des études montrent en effet que la consommation régulière de ces aliments ultra-transformés est susceptible d'entrainer une augmentation du risque de surpoids, d’insulinorésistance (et donc de diabète de type II), de "maladie du foie gras" (stéato-hépatite) et même de certains cancers tels celui du sein. Plus on fractionne/recompose un aliment, plus grand serait le risque d'engendrer une maladie chronique.

Tous les produits transformés issus du cracking proviennent majoritairement de l’agriculture intensive utilisant des pesticides et autres substances chimiques qui s’additionnent aux autres arômes et additifs incorporés dans l’aliment.

Les arômes (environ 2000 sur le marché) et additifs (environ 400) sont ajoutés aux aliments transformés pour leur donner couleur, consistance, goût, durabilité, car les méthodes de cracking (aliment fractionnés recombinés) ont fait perdre aux matières premières transformées leurs propriétés gustatives d’origine. La quantité d’additifs dans un produit transformé peut être estimée entre 2 et 5 % en poids du produit.

Les produits chimiques (arômes, additifs) insérés dans l’alimentation sont tous testés selon le principe de la DJA (Dose Journalière Acceptable) afin de ne pas courir de risque pour la santé.

Toutefois, on ignore les effets à long terme de la quantité cumulée de l’ensemble des produits chimiques ingérés durant des dizaines d’années voire toute une vie.

Deux organismes contrôlent les produits additionnés aux aliments : le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) évalue le danger des substances et les effets toxicologiques potentiels; l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) évalue le risque, soit la probabilité d’être exposé à une substance dangereuse.

L’EFSA contrôle une grande partie de ce que nous mangeons mais si vous vous référez à mon article précédent sur « Comment manger sainement en 2022 ? », elle ne semble pas en mesure de pouvoir nous rassurer quant à l’effet cumulatif des produits chimiques absorbés via l’alimentation et les risques encourus sur le long terme.

En France plus d’un tiers des calories consommées proviennent des produits ultra transformés. Cela signifie qu’une grande partie de nos concitoyens consomment ces produits et prennent des risques pour leur santé. Il suffit de suivre les courbes ascendantes avec le temps du surpoids, de l’obésité, des maladies chroniques et en particulier du diabète pour faire un lien entre l’alimentation et la dégradation de la santé de la population. Ces produits transformés sont par ailleurs acidifiants et participent ainsi au développement de l’inflammation corporelle.

La bonne nouvelle est que les conséquences sur la santé d'une consommation excessive d'aliments ultra-transformés seraient réversibles En arrêtant les produits industriels (petits gâteaux, gâteau apéritif, pain et pain de mie industriels, plats préparés, pizzas et quiches industrielles, charcuteries industrielles, céréales du petits déjeuner, barres céréalières en tout genre, bonbons, sauces… la liste est extrêmement longue), on peut espérer une amélioration rapide des analyses de sang (glycémie, bilan hépatique...), une perte de poids significative et un regain d'énergie.

CONCLUSIONS : Décryptez les étiquettes et limitez voire évitez déjà les produits indiquant : dextrose, sirop de glucose, sirop de fructose, amidon, amidon modifié, épaississant, colorant, émulsifiant, édulcorant, phosphate…, et ce même si ces produits obtiennent parfois un classement Nutri-Score ou Yuka correct. Privilégiez les produits contenant peu d’ingrédients (moins de substances chimiques). Cuisinez plus souvent, et si vous manquez de temps; essayez le "meal prep" (ou "batch cooking", si vous trouvez une traduction satisfaisante, nous sommes preneurs!). Privilégiez le rayon frais, les produits de base (les matières premières), les fruits et légumes et si vous craquez, gardez les produits industriels de manière rare (une fois ou deux par semaine maximum). Nous appelons cela le « 20 % » chez Evalli, dans notre philosophie du 80 % je mange pour ma santé et 20 % je mange pour le plaisir (mais il peut y avoir aussi beaucoup de plaisir dans le 80%!).

Bien à vous

TELECHARGEZ l’application gratuite et testez l'impact de votre alimentation sur votre santé : evalli.fr

1ere plateforme dédiée à votre qualité de vie
EVALLI Votre vitalité connectée

Prévention Santé
Share:

Plus d'articles de Le Blog Evalli

Comment manger sainement en 2022 ?

J’ai souvent fait part dans mes articles des risques inhérents aux polluants, qu’ils soient dans l’alimentation ou dans l’atmosphère de nos logements. Concernant l’alimentation, je considère que les consommateurs devraient acheter en ayant en tête de sélectionner les produits les moins pires, à défaut des meilleurs, pas toujours évidents à discerner. Je m’explique en 2 points : 1- Il n’y a quasiment eu aucun progrès significatif quant aux bénéfices pour les consommateurs dans les  suites des

08/02/2022 · 4 min de lecture

Comment transformer sa silhouette ?

Notre génétique influence bien sûr notre silhouette, les morphotypes dépendant notamment de l'ossature (longueur des fémurs, taille du bassin, largeur des épaules...) et des insertions musculaires (dont peut dépendre le galbe d'un fessier par exemple). Voici le postulat de départ. Notre métabolisme et nos habitudes alimentaires vont également impacter notre silhouette. Certains facteurs hormonaux contribuent aux variations de poids, par exemple la leptine (diminue l'appétit et augmente la dépen

01/02/2022 · 3 min de lecture
Evalli © 2022
Accueilevalli.fr
Link to $https://twitter.com/evallifrLink to $https://facebook.com/jfrousset92Link to $https://www.instagram.com/evalli.frLink to $https://www.linkedin.com/in/jf-roussetLink to $https://www.youtube.com/channel/UCVAe7-pa5UxL3r1Y4T8j_pw